Les vraies solutions pour lutter contre la transpiration

Auréoles sous les aisselles, dos humide, mains moites… En été, la transpiration nous joue parfois de mauvais tours. Et pourtant, c’est un phénomène naturel et essentiel pour assurer le refroidissement de la peau. En effet, elle permet à la température interne du corps de revenir à la normale (37 °C) en cas de forte chaleur, de fièvre, d’effort ou d’émotion intense. Et boire moins n’y changera rien, car l’eau que l’on ingère contribue surtout à faire travailler les reins. En revanche, il est préférable de se désaltérer avec des boissons froides ou à température ambiante.

Faciliter son évaporation

La sueur est composée d’eau et d’électrolytes (sodium, potassium, acides lactiques…) mais aussi de toxiques (tabac, bisphénol A). De chaque côté du follicule pileux, qui prend naissance dans le derme, se trouve une glande sudoripare, qui évacue la sueur, et une glande sébacée, qui produit du gras. Ces deux substances se mélangent ensuite pour former sur la peau une couche huileuse destinée à l’assouplir et à dissuader des hôtes indésirables de s’y installer. « Plus grande est la surface de contact entre la peau et l’extérieur, mieux la sueur va s’évaporer »,explique le docteur Marc Perrussel, dermatologue et vice-président du syndicat des dermatologues-vénéréologues. C’est là que les poils jouent un rôle bénéfique. Les supprimer provoque une augmentation de la transpiration.

Lutter contre les odeurs

La sueur n’a ni couleur, ni senteur (sauf en cas de maladie), si ce n’est celle des herbes aromatiques ou des épices que l’on a ingérées. Seules les glandes sudoripares situées près des organes génitaux sécrètent, sous l’influence des hormones, une transpiration odorante spécifique liée à l’excitation.

Lorsque la transpiration s’accompagne de mauvaises odeurs, cela signifie donc qu’elle a été contaminée par des bactéries. Pour en venir à bout, il est conseillé de raser la zone concernée, de la désinfecter pendant quelques jours avec un savon antiseptique et d’y associer une pommade antifongique. « Avec un traitement adapté, dans 95 % des cas, les mauvaises odeurs disparaissent en trois semaines », indique notre spécialiste. Les déodorants, quel que soit leur parfum, ne feront que couvrir l’odeur mais n’agiront ni sur la surinfection bactérienne, ni sur la transpiration.

Réguler la transpiration

Les antitranspirants ont une action astringente et permettent de réguler la sudation des aisselles et des pieds pendant quelques heures. Comme ils sont souvent composés de sels d’aluminium (chlorhydrate d’aluminium) qui se dissolvent dans la transpiration, il est préférable de ne pas les utiliser après le rasage ou l’épilation des aisselles. Conseillés en cas de sueur excessive, les détranspirants contiennent d’autres sels d’aluminium (chlorure d’aluminium) et de l’alcool. Ils peuvent s’appliquer sur tout le corps (sauf les muqueuses) le soir sur peau sèche et ils bloquent l’élimination de la transpiration pendant quelques jours. En général efficaces, ils peuvent cependant entraîner un risque d’inflammation ou d’allergie, car l’aluminium passe dans la circulation sanguine.

Consulter un dermatologue

Si l’on transpire vraiment beaucoup, le médecin pourra, selon les cas, proposer l’ionophorèse (à la maison, on immerge ses mains ou ses pieds dans deux bacs d’eau équipés d’électrodes qui diffusent un courant galvanique), des médicaments atropiniques, qui bloquent le fonctionnement des glandes sudoripares ou encore des injections de toxine botulique (efficaces six à douze mois).

Le saviez-vous ? En moyenne, nous sécrétons 1 litre de sueur par jour.

Cet article a été publié dans le magazine Nous Deux numéro 3860.

The post Les vraies solutions pour lutter contre la transpiration first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu