Arnaque à la Brigade des mineurs : elle peut vous faire perdre plusieurs milliers d’euros

C’est une escroquerie qui sévit depuis 2020. Après un moment d’absence, l’arnaque à la Brigade de mineurs est de retour. La véritable brigade de protection des mineurs et l’UFC – Que Choisir alertent les internautes sur cette tromperie. Plus de 1000 signalements ont été faits à ce sujet, notamment via Pharos, la plateforme pour signaler les contenus suspects et illicites.

Des arnaqueurs menaçants portant de fausses accusations graves

“Je suis chef de la Brigade de protection des mineurs (BPM), je vous contacte peu après une saisie informatique de la Cyber-infiltration pour vous informer que vous faites l’objet de plusieurs poursuites judiciaires“, lit-on dans le mail frauduleux envoyé à des milliers d’internautes. L’escroc informe ensuite sa potentielle victime des poursuites dont elle ferait l’objet, soit pour “pédopornographie, pédophilie, exhibitionnisme, cyberpornographie, trafic sexuelle“.

Le destinataire du mail est ensuite sommé de “faire entendre par mail [ses] justifications, dans un délai strict de 72 heures“. Au-delà de ce délai, l’auteur du courriel prévient que son service se verra “dans l’obligation de transmettre son rapport à la procureure adjointe au tribunal de grande instance de Créteil et spécialiste de cybercriminalité“.

Ce n’est pas tout. Si la victime ne délivre pas les justifications demandées, l’expéditeur du mail menace de transmettre son dossier aux médias. Si le destinataire répond, alors l’escroc demande à ce qu’il règle une amende de 750 à 18 000 euros. Une somme dont certains internautes, apeurés, se sont acquittés.

La vraie Brigade des mineurs débordée

“Nous avons, au secrétariat ou à l’État-Major des centaines, des milliers d’appels sur l’année, de gens qui réussissent à avoir le numéro et qui téléphonent pour demander ce qu’il en est“, raconte Christophe Molmy, chef de la Brigade de recherche et d’intervention à France Inter.

Et de poursuivre : “Cela ne prend que quelques secondes, quelques minutes [de répondre], mais c’est du temps perdu. Par nature, si les gens téléphonent, c’est qu’ils ont une forme d’inquiétude. Je ne dis pas qu’ils ont consulté des sites pédopornographiques, mais ils sont inquiets. Nous leur expliquons rapidement que tout ceci n’est pas sérieux.”

Les détails qui doivent alerter

Les fautes d’orthographe, les formulations de phrases et les adresses mail d’envoi sont des indices permettant de détecter un contenu frauduleux. Par ailleurs, dans le mail en question, le logo “Police nationale” est apposé au message, alors que la Brigade des mineurs dépend de la Préfecture de police, une entité distincte.

De plus, “lorsque vous recevez un mail administratif, il ne comporte jamais de nom. Nous vous convoquons pour un service, mais nous ne vous donnerons pas le nom du chef de service ou du magistrat”, indique Christophe Molmy. “On ne vous demande jamais de payer des milliers d’euros, comme cela, pour vous dédouaner“, conclut-il.

The post Arnaque à la Brigade des mineurs : elle peut vous faire perdre plusieurs milliers d’euros first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu